Les trouvailles du mois
LE VIN AU QUOTIDIEN
Norguet, Chenin 92

Cuisine et vins de France

Un prix défiant toute concurrence et une qualité irréprochable peuvent aller de pair. La preuve : ce superbe chenin blanc 92 des Coteaux du Vendômois.

Dominique Norguet, 29 ans, grand blond aux cheveux frisés, est un des jeunes loups de cette petite appellation de 200 hectares qui monte. Actuellement Vin délimité de qualité supérieurs (Vdqs), elle fait tout pour passer en Appellation d'origine contrôlée. Grâce à la génération de Norguet, plus férue de qualité que de quantité, elle risque d'y parvenir. Dominique a obtenu son Btao (Brevet de technicien d'agriculture et d'œnologie) après deux années d'études à la Station œnologique de Beaune, comprenant un stage de viticulture chez Henri Marionnet, en Touraine, puis chez Hubert Lamy, à Saint-Aubin, en Bourgogne. Il a vinifié sa première récolte en 86.

Sa famille est établie au lieu-dit "Berger", sur la commune de Thoré-la-Rochette, depuis sept générations. La première cave des Norguet remonte à 1829 ; à cette époque, on pratiquait la polyculture, dont un peu de vigne. Son père cultive toujours des céréales, mais Dominique est le premier à vouloir se consacrer entièrement au vin.

Le vignoble familial du Domaine du Four-à-Chaux comprend 20 hectares répartis en trois parcelles sur des coteaux exposés au sud-est. Le sol est composé d'argile à silex sur un sous-sol de calcaire turonien profond, un vrai terroir à vin (on y exploite neuf cépages dont celui qui nous intéresse ici, le chenin blanc, principale variété blanche des Coteaux du Vendômois, l'un des grands cépages de France). Les vignes de chenin ont 30 ans d'âge et occupent 1,4 ha. Le 92 est une bonne année à chenin. Moyennement ensoleillé, il a donné des vins assez vifs et typés avec un rendement de 55 hl/ha. Les vendanges sont en partie manuelles et en partie mécaniques. Les raisins sont pressé directement et le moût est pompé dans une cuve en inox pour une vinification à basse température, entre 16 et 18°, ce qui fait ressortir les arômes fruités du vin. Après la fermentation, le vin est soutiré vers une cuve dans un chai non isolé pour que le froid de l'hiver fasse précipiter tout excès d'acide tartrique sous forme de cristaux de tartre. Il est élevé en cuve de béton avec deux soutirages au fur et à mesure qu'il se clarifie. Pour parfaire la clarification, il est tamisé sur terre de diatomées (kieselguhr) et filtré sur plaques avant la mise en bouteilles.

Le chenin blanc 92 de Dominique Norguet est doré-vert pâle, avec un nez fin, intense et typé aux arômes de pomme, poire, fleur d'acacia et une touche minérale.

En bouche, il est nerveux mais équilibré, avec de la rondeur. Elégant et long en goût, il a une finale citronnée et minérale.

GAEC Norguet, "Berger", 41100 Thoré-la-Rochette.


Comment le boire ?

Le chenin 92 est à servir froid, entre 8 et 10° C, mais pas glacé. En apéritif, il est tonique et rafraîchissant. Il accompagne fort bien charcuteries, huîtres et autres fruits de mer, les poissons préparés assez simplement, grillés ou à la vapeur, et support aussi parfaitement un sandre ou un brochet au beurre blanc.