Les trouvailles du mois
LE VIN AU QUOTIDIEN
Preys, fié gris 92

Cuisine et vins de France

Un cépage insolite, de très vieilles vignes, un terroir de qualité et une vinification naturelle font du touraine-fié gris 1992, de Jacky Preys, un réel vin d'exception.

A Meusnes, sur la rive gauche du Cher, Jacky Preys est un des meilleurs vignerons de Touraine. Avec ses 70 hectares de vignes, il aussi l'un des plus grands. Il est situé dans deux aires vinicoles, l'appellation d'origine contrôlée Touraine et le Vin délimité de qualité supérieurs (Vdqs) Valençay, avec une ribambelle de cépages : gamay, pinot noir, cabernet-franc, côt, chenin, menu pineau, chardonnay et sauvignon plantés sur des terrains variés.

En 1982, Preys acheta à Mareuil-sur-Cher deux hectares de vignes de sauvignon plus ou moins séculaires, plantés sur un sol d'argile à silex et calcaire, peu de temps après la crise phylloxérique. A la véraison (moment où les raisons verts prennent leur couleur définitive), il fut bien surpris de voir les raisins de son nouveau "sauvignon" devenir rouge pâle alors que le sauvignon est un raisin blanc, vert-doré à maturité.

Au début, Preys se crut floué mais se rendit compte que le jus, en couleur et au goût, était bien du sauvignon et il l'assembla avec ses autres moûts de sauvignon. Par la suite, il fit quelques recherches et apprit que son sauvignon rose était une ancienne variété, pratiquement oubliée, qui, au milieu du XIXe siècle, s'appelait fié gris ou fié rose, ou encore surin gris. Les mêmes noms s'appliquaient au sauvignon blanc : fié blanc, surin blanc.

En 1990, Preys put enfin sortir une cuvée de fié gris avec l'encouragement de l'Institut national des appellations d'origine qui, jusqu'alors avait mis son veto… Cette année, il a replanté des pieds sélectionnés pour la collection de l'Antav (Association technique pour l'amélioration de la viticulture Val de Loire) , à partir de laquelle on fait des clones pour les vignerons.

Cépage précoce, le fié gris en 92 a atteint 12,4° naturels, donc il n'avait pas besoin de "chaptalisation" (ajout de sucre de betterave pour hausser le degré). Le rendement était de 38 hectolitres à l'hectare et les vendanges mécaniques et manuelles.

Aussitôt pressé, le moût est débourbé par gravité pendant 36 à 48 heures. La fermentation se passe lentement à 17-18° pendant 15 jours, sans levurage ni ajout d'anhydride sulfureux. Le vin est soutiré et élevé en cuve sur ses lies fines jusqu'au printemps puis, après une légère filtration sur terre de kieselguhr et un seul et unique dosage d'anhydride sulfureux, il est mis en bouteilles.

Le 92 est doré pâle, au nez intense et typé sauvignon, de citron, pamplemousse, buis, pomme verte, pêche blanche, rose blanche.

En bouche, il est frais et vif mais rond et gras, équilibré et long, avec une finale citron-pierre à fusil. Plutôt végétal au nez, il est bien minéral en bouche. Il est élégant et plus gras qu'un sauvignon blanc.

Jacky Preys, "Le Bois Pontois", 41130 Meusnes.


Comment le boire ?

Servez-le à 10° sur un crabe ou des poissons fins grillés. Il est superbe sur les fromages de chèvre, surtout le Selles-sur-Cher proche de son vignoble. Capable de vieillir plus longtemps, il sera tout de même à son meilleur niveau les deux premières années.