LA BOUTEILLE DE LA SEMAINE
Le Riesling Grand Cru Muenchberg 1985

Elle

21 mars 1988

L'Alsace vinicole est surtout connue par ses vins de cépages : sylvaner, pinot blanc, auxerrois, pinot noir, muscadet, pinot gris (tokay), gewurztraminer et riesling. Mais en 1975 fut créée l'appellation Alsace grand cru qui comprend aujourd'hui quarante-sept sites privilégiés plantés uniquement en cépages nobles (les quatre derniers de la liste ci-dessus). Pour ces crus, c'est le terroir qui domine le fruit du raisin et le vin prend une dimension qui dépasse de loin un simple vin d'Alsace de cépage. Le rendement d'un grand cru est très bas d'où concentration de matières et de goût. Un grand cru n'est pas bon marché, mais, comparé en rapport qualité-prix à un grand blanc de Bourgogne, c'est encore une affaire, à la moitié ou même au tiers du prix.

C'est précisément le cas du riesling grand cru Muenchberg de l'excellente année 1985 qu'a fait André Ostertag, dont ELLE a parlé en premier et dont tout le monde commence à découvrir les qualités aujourd'hui. Sa famille est très vieille en Alsace et son nom veut dire « jour de Pâques » en allemand – d'où l'agneau pascal sur l'étiquette. Ostertag possède plus d'un hectare de la vallée en corbeille du Muenchberg à 35 km au sud-ouest de Strasbourg. Ce cru est protégé du vent par une montagne de 900 mètres et bénéficie d'un ensoleillement maximum et d'un sol de grès rose. Ce site exceptionnel était déjà cultivé au XIIe siècle par les moines de l'abbaye cistercienne du Baumgarten, d'où son nom, qui veut dire « montagne des moines ».

L'hectare des Ostertag en Muenchberg est entièrement planté de riesling, la plus fine et la plus noble expression de la vigne en Alsace. Pour assurer une concentration maximal dans le vin, les vendanges sont tardives, la seconde semaine de novembre en 1985. Elles sont manuelles et le raisin est pressé immédiatement et fermenté très lentement en cuves inox jusqu'en janvier. Pour développer encore son caractère le vin reste sur ses lies de fermentation jusqu'en mai et passe dans d'autres cuves en inox jusqu'à la mise en bouteilles en septembre. Ensuite, le vin vieillit en bouteilles encore un an avent d'être commercialisé. Tout cela aussi lentement et naturellement que possible pour donner ce qu'Ostertag appelle de la « cohérence » à ce « vin de pierre » pour bien le distinguer des « vins de cépage ».

Et comment est-il ? Doré, pâle en couleur, d'un nez très délicat, encore fermé, où se pointe un arôme floral de genêt. C'est actuellement en bouche qu'il montre le mieux ses grandes qualités de fraîcheur, d'élégance, de dimensions exceptionnelles. Le goût est plutôt minéral, parfaitement équilibré et il remplit la bouche de ses subtilités qui traînent en longueur. Déjà très bon, il montrera sa véritable grandeur à ceux qui auront la patience d'attendre un ou deux ans ou encore mieux cinq, dix, même vingt ans, car c'est un vrai vin de garde. Il accompagnera fruits de mer, poissons, poulet, viandes blanches, fromages à pâte cuite.

Domaine Ostertag, 114, rue Finkwiller, 67680 Epfig.