LA BOUTEILLE DE LA SEMAINE
Les Coteaux du vendômois gris 1988

Elle

22 mai 1989

Les coteaux du Vendômois, vin délimité de qualité supérieure, est une des appellations les plus près de Paris mais reste pourtant peu connue. Pas des lectrices de ELLE, mais du grand public. Elle n'a pas non plus échappé au nez flaireur de Jacques Dupont, co-auteur du tout nouveau « Guide Gault-Millau du vin » (voir plus bas), qui m'a indiqué ce jeune vigneron, Patrice Colin, 28 ans, grand, mince, cheveux et barbe noirs. Depuis 1735, la famille est en polyculture à Thoré-la-Rochette, à huit kilomètres à l'ouest de Vendôme, mais c'est Patrice qui fait le vin depuis 1980. Il a fait des études d'œnologie à Montreuil-Bellay, au sud de Saumur, et il s'en est très bien servi.

Les 12.5 ha de vignes sont tous sur un sol argilo-sablonneux parsemé de cailloux de silex, au-dessus d'un sous-sol d'argile très profond. Plusieurs variétés sont plantées : chenin blanc, cabernet-franc, gamay, pinot noir, pinot blanc, mais les plus vieilles vignes de 80 ans sont en pineau d'Aunis, cépage local qui sert à faire un remarquable vin gris. Le vin gris est obtenu en vinifiant du raisin rouge en vin blanc, c'est-à-dire en pressant les raisins immédiatement, sans macération, avec les peaux qui contiennent toute la matière colorante. Le léger teint rose de ce type de vin vient du bref contact du jus avec les peaux pendant le pressurage. Ensuite, le jus, ou moût, est vinifié comme un vin blanc.

Le gris de pineau d'Aunis est localement appelé « œil de gardon ». Le nez est typé de son cépage avec des arômes de poivre et de kirsch. En bouche, c'est un petit régal, nerveux, vivifiant, rafraîchissant. Il est fruité, gras et vif à la fois, équilibré et persistant, avec la petite note d'âpreté en finale typée de cette variété.

Gaec de la Gaudetterie, Thoré-la-Rochette, 41100 Vendôme.


LE VIN A L'HONNEUR

Enfin un « Guide Gault-Millau du vin » digne du nom ! Les auteurs, Pierre Crisol et Jacques Dupont, ont fourni un travail énorme et minutieux mais qui se lit sans la moindre peine. L'humour acidulé n'est pas sans rappeler Mark Twain. Mais Crisol et Dupont ne font pas que tailler des vestes aux producteurs qui confondent quantité avec qualité. Ils défendent la cause du vrai vin, qui a le goût de son terroir et qui ne peut venir que de rendements raisonnables et de vinifications soignées, l'amour et le respect du vin. (« Guide Gault-Millau du vin », 896 pages (y compris la pub, hélas !), 145 F.)